Swan Creek à Suzhou

Approche générale

Notre intervention sur le cours d’eau de Swan Creek consiste à insérer une frange de nature et de biodiversité dans la densité urbaine du futur quartier Tai Ho Lake.

Nos propositions paysagères et architecturales ont pour objectif de protéger le site de Swan Creek en essayant de faire cohabiter un lieu de refuge pour la biodiversité et un lieu de calme et de détente pour la population.

Dans ce but, le projet met en œuvre les techniques les plus modernes de génie écologique, de sobriété et d’efficacité énergétique. Notre approche prend aussi en compte la culture locale des jardins de Suzhou et des typologies architecturales traditionnelles.

Préambule

Notre projet s’appuie sur le programme et les contraintes déjà établies par le maitre d’ouvrage et aménageur de la zone Tai Lake.

Pour la partie paysage, nous reprenons le tracé du cours d’eau tel qu’il a été défini dans le projet d’origine et nous proposons un autre traitement des berges et des îlots destiné à améliorer la résilience écologique.

Pour la partie architecturale, nous proposons des solutions constructives plus adaptées pour réduire l’impact des bâtiments dans le paysage et sur la biodiversité du site.

Conclusion

Le projet que nous proposons pour l’aménagement de Swan Creek comporte des procédés de génie écologiques très peu rependu dans les aménagements Chinois contemporains. Les bâtiments sont très innovants et se proposent ’utiliser des matériaux uniques parce que fabriqués sur place avec des industriels et des entrepreneurs locaux.

Nous pensons que le projet Swan Creek pourrait être un projet démonstrateur nécessaire à la mise en place de nouvelles filières de développement économique basées sur les techniques d’écoconceptions locales.

Les intentions de projet par zones

Zone A

Zone paysagère conservée dans son principe d’aménagement.

Un travail de développement et de maintien des terres, de la faune et de la flore existantes a été réalisé sur la partie génie écologique pour renforcer le caractère naturel des rives.

 

Zone B

Dans cette zone, nous renforçons le caractère naturel des rives, en intégrant un parcours dans les arbres et deux bâtiments sur pilotis permettant une observation en hauteur du site et proposant des lieux de restaurations atypiques.

Les aménagements de sol imperméables seront bannis, seul des revêtements infiltrant seront utilisés pour permettre une bonne colonisation des sols par les éléments naturels.

Les bâtiments auront une emprise au sol minimum, seuls des pilotis toucheront le sol et des pieux les perceront ponctuellement.

Les accès automobiles seront réduit au strict minimum pour les livraisons (+accès pompiers).

Nous utilisons la surélévation des bâtiments pour créer un système de ventilation naturelle par la sous face et la forme des toitures permet l’installation d’une grande surface de panneaux photovoltaïques et d’un éclairage naturel.

Le revêtement des bâtiments est travaillé pour que les parties pleines s’animent par une variation de teinte en fonction des angles de vue et de la position du soleil dans le ciel.

Les grandes ouvertures seront protégées par des résilles comportant une végétation grimpante. Ces façades sont pensées pour s’intégrer et se fondre dans le feuillage des arbres.

 

Zone C

L’île centrale de cette zone sera très peu bâtie pour laisser la plus grande place au paysage.

 

Seul un bâtiment est implanté, il a la caractéristique d’être divisé en deux volumes et monté sur pilotis pour réduire son impact visuel. Une double peau organique l’enveloppe complètement, créant ainsi une forme et une texture qui s’intègre au paysage et aux arbres. Les pilotis qui partent du sol et qui se prolongent par des poteaux à l’intérieur ont une forme en tronc d’arbres pour se fondre dans le décor.

Un jeu de passerelle permet l’accès au bâtiment en prolongeant les cheminements piétons sans rupture entre les niveaux. Les aménagements de sol dessous et autour du bâtiment sont conçus pour générer une grande harmonie entre architecture et paysage et permettre une découverte subtile d’un espace intérieur qui être aménagé en salon de thé.

 

Sur la rive sud, nous avons implanté un espace bâti continu, formé de pleins et de vides qui mêle ses espaces intérieurs avec des terrasses et des patios.  

C’est une architecture formée de petits volumes en plots et reliés  entre eux par des parties transparentes et équipées de brises soleil.

Le rapport dedans/dehors est travaillé et décliné avec notamment des espaces à rez-de-chaussée qui se prolongent en terrasse et par les chambres privées de l’étage qui sont toutes en relation avec des patios. Les ouvertures donnent sur des cadrages privilégiés du paysage de l’île en face.

 

Zone D

L’architecture du bâtiment et de ses abords s’inspirent des typologies traditionnelles de la région de Suzhou avec des façades en maçonnerie blanche, des structures en bois, des toitures souples et des pignons à deux pentes.

Pour cette construction nous utilisons des matériaux naturels et renouvelables tel que le bois de bambou pour la structure et le béton végétal pour les maçonneries.

Ces solutions constructives relèvent d’une démarche d’écoconception visant à réduire aussi le bilan carbone du bâtiment par les techniques employées et le choix des matériaux locaux.

Les bâtiments sont traversant pour favoriser la ventilation naturelle et les façades sont orientées et protégées pour limiter les apports thermiques aux saisons chaudes.

Les toitures sont recouvertes de tuiles photovoltaïques qui épousent parfaitement la forme souple de la toiture, comme les tuiles sur les toitures traditionnelles.

Ce bâtiment propose de revisiter les typologies architecturales traditionnelles avec les techniques d’écoconception les plus récentes, tel que le lamellé collé de bambou et le béton de chanvre. A cette occasion, nous avons poussé nos investigations dans la région pour trouver les industriels capables de fabriquer ce bâtiment.

 

©2019 Agence Ollivier Architectes

Mentions légales

 

  • White YouTube Icon